Demain, ce mercredi 9 juin, les règles en matière de télétravail vont être assouplies, le protocole sanitaire laissant la main aux structures pour définir les modalités de travail adaptées à leur situation.

Pour autant, un retour au “business as usual” est-il possible ? La crise n’a-t-elle pas profondément impacté notre culture d’entreprise et certains modes d’organisation du travail considérés alors comme “extra-ordinaires”, tels le télétravail ?

Une récente étude de l’APEC montre que 83% des cadres veulent continuer à télétravailler après la crise et que cela n’exclut pour autant pas le présentiel,  56 % d’entre eux estimant vouloir « se retrouver ensemble » dans l’entreprise au moins une fois par semaine. Dans cette recherche d’équilibre, entre la valeur ajoutée du télétravail (diminution du temps de trajet,  productivité, flexibilité des horaires…) et les risques qui y sont associés (isolement social, conciliation pro-perso, changement du type de management…), certaines opportunités sont à saisir, tant pour les employeurs que pour les salariés. L’avant-après pourrait se préparer autour de plusieurs grandes questions.

En premier lieu, quelle évaluation partagée pourrait être faite par l’équipe concernant les avantages et les inconvénients de ce mode de travail ? Serait-il plus structurant de signer une charte ou un accord sur le télétravail ? Quelles typologies de télétravail seraient pertinentes pour ma structure (Jours fixes  ; demandes flexibles ; quotité de jours ; travail hors résidence principale…) ? Pourrais-je mettre en place une expérimentation sur un service avant de déployer le télétravail dans toute la structure ?

Ces nouvelles modalités de travail bien mises en œuvre pourraient constituer un investissement de choix pour valoriser votre “expérience collaborateur” en donnant un coup de projecteur à votre attractivité et en renforçant la fierté d’appartenance en interne. Certains disent que la culture d’entreprise pèse souvent plus lourd que la stratégie ou le modèle opérationnel de la structure, qu’en pensez-vous ?